état desprit de candidats
étape 2/8

le lendemain des épreuves écrites


Concours
Rédacteur
Rédacteur principal 2ème classe
Session 2019/2020

Vendredi 4 octobre 2019

Au lendemain des épreuves écrites du concours de rédacteur territorial et rédacteur principal territorial, nous sommes allés à la rencontre de 8 candidats, membres de notre groupe Facebook dédié à ces deux concours, et nous leur avons posé une série de huit questions afin de connaître leur ressenti et leur état d’esprit du moment, après ce premier rendez-vous qu’ils attendaient et préparaient depuis de longues semaines, et parfois même depuis la précédente édition de 2016/2017.

9. Comment te sens-tu au lendemain des épreuves écrites ?

Stéphanie : Soulagée que ce soit enfin terminé !

Laëtitia : Soulagée et terriblement en colère contre moi car j’ai fait une erreur de débutante sur ma gestion de la note !

Isabelle : Je me sens très fatiguée. Mon corps se relâche, du coup j’ai mal partout ! Je suis très courbaturée !

Ingrid : Fatiguée ! Mon corps relâche la pression et j’ai mal partout, comme pour un marathon !

Nawal : Mieux ! Je relative !

Bénédicte : Bien ! Le corps un peu fatigué. Le moral est bon. Soulagée d’un poids. Contente d’avoir choisi les épreuves du concours interne de rédacteur principal qui me correspondent clairement mieux je pense. Contente d’être allée à Paris, le CIG est très cadré, les tables pour passer les épreuves étaient grandes. C’est un détail peut-être mais je l’ai trouvé très appréciable pour l’épreuve du rapport, l’après-midi. Une amie a passé rédacteur interne dans le Pas-de-Calais, clairement c’était moins confortable pour les candidats. Prête à reprendre d’ici quelques jours les révisions pour l’épreuve orale je l’espère.

Magalie : D’un côté je me sens soulagée d’avoir passé l’écrit ! C’est une page qui se tourne, je ne vais plus travailler sur la note de synthèse; Et d’un autre côté, je suis déçue de ne pas avoir su assez organiser mes idées et synthétiser !

Fabienne : Comme un jour normal. Je ne remue pas les épreuves !

10. Était-ce la première fois

que tu passais des épreuves de concours ?

Stéphanie : Non, sur ce concours il s’agissait de la seconde fois, et sur le concours d’attaché une fois !

Laëtitia : Non, c’est la 3ème fois que je passe le concours : 2 fois admissible mais pas admise.

Isabelle : C’était la première fois que je passais ce concours de rédacteur principal territorial. Mais j’ai déjà passé les concours de rédacteur territorial et assistant de conservation, en interne, donc je n’avais eu jusqu’à présent que des notes de synthèses pour les épreuves écrites.

Ingrid : J’avais déjà tenté le concours de rédacteur il y a deux ans, session 2017/2018

Nawal : Je suis allée voir comment se déroulait un concours il y a deux ans mais je ne l’avais pas préparé.

Bénédicte : Oui c’était la première fois.

Magalie : En 2017, j’ai passé le concours d’animateur, et en 2018 celui d’adjoint administratif principal de 2ème classe.

Fabienne : Non. J’ai passé deux fois le concours d’attaché territorial et une fois le concours de rédacteur territorial.

11. Quelles sont les difficultés qui t’ont posé problème

avant et pendant l’épreuve ?

Stéphanie : Le bruit des gens malades mais j’avais prévu mes boules quies pour être dans ma bulle !

Laëtitia : Je n’ai pas rencontré de difficultés particulières avant ou pendant l’épreuve.

Isabelle : Les difficultés que j’ai rencontrées étaient essentiellement d’ordre familial ou pratique. Il a fallu faire garder les enfants, d’autant plus que ma dernière est malade, donc quand je suis partie elle avait beaucoup de fièvre et cela m’a contrariée de la laisser dans cet état.

Ingrid : Difficultés avant le jour J : organiser ma journée pour que mes enfants soient pris en charge le matin après mon départ à six heures trente, et le soir à partir de la sortie de l’école. Pendant l’épreuve, le bruit dans la salle. Heureusement j’avais pris des bouchons d’oreilles.

Nawal : Je n’ai pas compris de suite le sujet. Il y avait très peu d’absents. Donc je me suis remise en question sur ma stratégie d’avoir choisi le CDG13. J’ai été un peu déstabilisée par le matériel, table et chaise. on était très proches des autres candidats.

Bénédicte : Difficultés avant : je ne vois pas. Tout savoir peut-être ? Ce qui est impossible, mais il faut savoir cibler les domaines à réviser avec la note de cadrage. Difficultés pendant : un petit peu de stress tout de même. La première question portant sur le management m’a un peu déstabilisée. mais j’ai fait le choix idéal de prendre le temps de répondre à cette question à 4 points à la fin de l’épreuve. J’ai un petit regret. Celui d’être partie 20 minutes plus tôt. Même si je me suis relue, je me suis trop précipitée à partir et j’ai été influencée par tous les candidats qui partaient. Je pensais avoir donné mon maximum. En sortant je me suis aperçu que, pour la questions à deux points sur les éléments essentiels du statut de la fonction Publique, j’avais oublié d’évoquer la loi de transformation de la Fonction Publique du six août deux mille dix neuf que je connaissais très bien.  Pour l’épreuve du rapport, je me suis également précipitée ! Après avoir rédigé la partie I, je me suis aperçu que je n’avais pas mis de titre pour celle-ci, mais uniquement pour le I.A.. J’ai rectifié en ajoutant un titre I au dessus car je n’avais pas le temps de tout rédiger de nouveau. Mais du coup je n’ai pas rédigé de chapeau introductif pour le I et pour le II. En même temps, je ne sais pas si j’aurais eu le temps ! Au moins là j’ai rendu un rapport équilibré, avec les transitions, introduction complète, conclusion comprise et -je pense- complète.

Magalie : Je n’ai pas eu de problèmes avant l’épreuve. Sinon je n’étais pas préparée à une épreuve avec une seule commande très précise (la rémunération au mérite) avec des documents qui comportaient peu d’informations et qu’il a fallu lire entièrement pour trouver de la matière cachée dans des exemples, des tableaux, des commentaires d’exemples, etc. J’ai été déstabilisée !

Fabienne : Le vrai problème a été la concentration pour réviser ! Pas évident de se remettre à réviser. Pendant l’épreuve de questions je n’ai rencontré aucune difficulté. Pour l’épreuve du rapport c’était plus compliqué ! Le corpus était fourni au niveau des exemples, et peu au niveau des textes juridiques. Il a fallu faire avec et avancer !

12. Que t’es-tu dit lorsque tu as rendu ta copie ?

Stéphanie : Cool !! J’ai terminé dans les temps !! Contrat rempli, bravo !!

Laëtitia : Très satisfaite après la série de questions de droit civil ! Mitigée après l’épreuve de note car je pense avoir fait un hors-sujet !

Isabelle : Lorsque j’ai rendu ma copie pour l’épreuve du matin j’étais soulagée que ce soit terminé, mais déçue de n’avoir pas pu faire mieux. En effet, le stress m’a fait perdre mes moyens. Par exemple, je n’ai pas répondu à la question sur les statuts de la Fonction Publique alors que c’est un sujet que je maîtrisais mais rien n’est revenu ! Cela m’est revenu pendant la pause-déjeuner ! Concernant l’épreuve de note, j’étais contente de moi à la fin de l’épreuve. J’ai pu gérer mon temps et rendre une copie valable. Un seul bémol : j’ai eu beaucoup de mal à obtenir des feuilles de brouillon, ma méthode de travail est organisée de telle façon que j’ai besoin de 12 pages que les surveillants ont refusé de me donner.

Ingrid : Lorsque j’ai rendu ma copie pour la première épreuve j’avais le sourire et j’étais fière de ce que j’avais rendu (j’espère ne pas me planter !). L’après-midi j’étais soulagée lorsque j’ai rendu ma copie mais moins sereine car la note n’était pas construite comme j’aurais aimé le faire.

Nawal : J’ai rempli mon contrat de rendre une copie complète.

Bénédicte : J’étais contente. L’impression d’avoir réussi mes deux épreuves ! J’ai su intégrer les dates, mots-clés, le vocabulaire attendu,. Je pense avoir été pertinente pour les réponses aux questions. J’étais confiance car j’ai eu 15,75/20 aux questions pour le concours de rédacteur sessions 2015 et 2017. J’ai acquis une culture territoriale qui me permet d’être assez à l’aise, et précise. Clairement les questions de connaissance c’est ce qui peut me faire gagner des points d’avance !

Magalie : J’ai réussi mon objectif de terminer ma copie dans les temps, avec une introduction, deux parties et deux sous-parties, et une conclusion (la cerise sur le gâteau !). Par contre je ne suis ni contente de mon plan, ni de son contenu.

Fabienne : Pour les questions, que j’avais fait mon maximum ! Pour le rapport, très mitigée ! J’ai terminé trente minutes avant la fin. Du coup, je me demande si je ne suis pas passé à côté de quelque chose !

13. Si l’épreuve était à refaire demain,

que ne ferais-tu plus ?

que corrigerais-tu ? 

Stéphanie : Encore et toujours la gestion du temps pour le rapport.

Laëtitia : La gestion du temps m’a semblé bonne. La préparation aux questions était suffisante. Mais si je pouvais corriger le plan de ma note je le ferai sans hésiter.

Isabelle : Si l’épreuve était à refaire, je stresserai moins, ce qui me permettrait de mieux me concentrer et de mobiliser mes connaissances.

Ingrid : Mon cerveau a réfléchi cette nuit à froid, et j’aurai dû ajouter un ou deux points, mais rien de bien grave je pense. Je prendrais plus de vêtements chauds car j’ai eu froid aux deux épreuves et c’est assez désagréable comme sensation.

Nawal : Rien ! Je me suis donnée au maximum. J’avais tout de prêt et je n’étais pas stressée.

Bénédicte : Je ne partirai plus vingt minutes avant la fin de l’épreuve, pour être certaine d’avoir donné le maximum ! Je rédigerai les chapeaux introductifs du I et du II pour le rapport. Je m’en veux d’être partie plus tôt sur l’épreuve des questions car il y en a trois que j’aurais pu améliorer, voire réussir, en prenant juste le temps restant, sans précipitation… J’ai toujours eu tendance à répondre facilement aux questions difficiles, et difficilement aux questions faciles. Je dois encore travailler ma confiance et ma gestion du stress !

Magalie : Si c’était demain je ne pourrai rien changer car j’ai atteint mes limites. Celles d’une personne qui, à part les deux copies corrigées par ma  marraine (ndlr : programme de préparation aux épreuves écrites du groupe Facebook), ne peut pas faire mieux sans aide extérieure en face à face (cours commentés avec des réponses à mes questions, corrections apportées et échanges sur ma façon de faire mes notes de synthèse).

Fabienne : Honnêtement rien ! j’ai donné mon maximum durant les révisions. Après, effectivement, relire les tenants et aboutissants de l’Agenda 21 m’aurait permise de faire un rapport plus professionnel et moins vague !

14. As-tu le sentiment d’avoir réussi

ou d’avoir échoué ?

Stéphanie : Je suis mitigée. Avoir réussi je n’ai pas cette prétention. Avoir échoué peut-être pas non plus car je pense que mes copies tiennent la route.

Laëtitia : Je pense avoir réussi l’épreuve de questions, et fait un hors sujet sur la note. Avec la moyenne des deux, j’espère être admissible à l’oral.

Isabelle : Plus j’y pense et plus j’ai l’impression d’être passée à côté de l’épreuve de questions. Je pense avoir réussi la note avec propositions.

Ingrid : J’ai le sentiment d’avoir assez réussi pour être admissible mais, ne connaissant pas le niveau des autres candidats, plus le temps passe et plus je doute (déjà) !

Nawal : Je me dis que j’aurais dû mieux faire. J’ai un sentiment d’échec.

Bénédicte : 

Magalie : Je ne pense pas aller à l’oral de rédacteur…

Fabienne : Aucun sentiment…. Est-ce que j’ai été meilleure que les autres ? Là est l’enjeu !

15. Comment as-tu décompressé

et relâché la pression du concours hier soir ?

Stéphanie : J’ai pris un apéro !!

Laëtitia : Retour à la maison à dix-neuf heures après deux heures de route. En arrivant, j’ai pris un petit verre de vin et profité d’un repas en famille, préparé par mon compagnon. Puis j’ai regardé un bon film !

Isabelle : Pour décompresser j’avais choisi un hôtel sympa (sur le papier du moins), près des sites que je voulais visiter aujourd’hui. Arrivée à l’hôtel il s’est avéré totalement insalubre, sans aucune sécurité (fils électriques qui pendaient partout, porte de la chambre ne fermant pas, fenêtre ne fermant pas et avec un échafaudage dessous, sans compter la crasse de la literie). Du coup, je suis partie et j’ai essayé de trouver une chambre dans un hôtel à proximité mais il était complet. J’a donc appelé un ami à la rescousse afin qu’il m’héberge. Nous avons passé la soirée ensemble et je suis actuellement chez lui, je me repose pendant qu’il travaille, avant que nous allions visiter Paris cet après-midi, avant que je retourne à l’aéroport pour rentrer chez moi.

Ingrid : L’horreur !!! Le RER B n’avais plus d’électricité, il a fallu trouver cinquante solutions pour réussir à rentrer chez moi ! J’ai mis plus de trois heures à rentrer. Je suis arrivée épuisée physiquement, presque davantage par ce problème de transports que par le concours ! J’ai regardé une série et je suis très vite allée me coucher. Je n’ai finalement pas pris l’apéro que j’avais envie de prendre ! Il sera pour ce soir !

Nawal : J’ai retrouvé mes enfants et ma famille. Puis j’ai passé une bonne nuit. Et aujourd’hui je suis au travail, je réfléchi déjà à faire un rétro-planning pour préparer l’oral.

Bénédicte :  Échanges téléphoniques et Messenger avec des proches. Soirée avec mon compagnon et notre fils adoré devant la télévision.

Magalie : Je n’ai pas fait ce que j’avais prévu. Je suis rentrée à vingt heures trente avec une collègue de travail ave qui j’ai finalement fait du covoiturage (elle s’est décidée à la dernière minute pour aller au concours). Arrivée chez moi j’ai mangé et je suis allée me coucher !

Fabienne : Une soirée normale en somme ! Un bon repas, un bon livre, et dodo ! Le vrai plaisir sera ce week-end en profitant de mes proches sans réviser. Le rêve !

16. As-tu commencé à travailler l’épreuve orale

ou préfères-tu attendre les résultats de l’écrit ?

Stéphanie : Ma présentation est prête. Pour le reste, j’attends les résultats ! Sachant que j’ai déjà beaucoup de fiches prêtes !

Laëtitia : Je continue à suivre le groupe (ndlr : Facebook ici) mais je rentrerai dans le vif du sujet quand j’aurais les résultats, car je suis assez pessimiste après ma prestation sur la note !

Isabelle : Je m’octroie le week-en pour relâcher et j’attaquerai les révision pour l’oral dès lundi. Je vais commencer par travailler ma présentation lundi également.

Ingrid : Je pense faire une petite pause d’un petit mois mais je vais attaquer la préparation de l’oral car j’espère bien être admissible (ce que je n’avais pas fait la dernière fois car je j’avais pas la même sensation en sortant de l’épreuve il y a deux ans). Je ne vais pas attendre les résultats sinon je ne serais pas aussi bien prête que je le souhaite. Là, ce serait une vraie déception de ne pas être admissible. Ma copie du matin me paraît vraiment bien construite. Celle de l’après-midi, moins. Mais elle sera compensée par la première je pense !

Nawal : Je commence lundi prochain !

Bénédicte :  Je sais déjà quels supports je vais utiliser pour réviser. Je vais m’y mettre semaine prochaine tout doucement !

Magalie : Je n’ai pas commencé à travailler l’épreuve orale car j’ai décompressé jusqu’à présent. Je compte m’y remettre sans trop d’espoir de passer à l’oral dans le courant de la semaine. Je compte commencer ma préparation sur la présentation des cinq premières minutes.

Fabienne : Non mais je me prends une pause de trois semaines, et après je m’y remets à fond les ballons ! Visant le concours d’attaché, je prends de l’avance et cela sera bénéfique quoi qu’il arrive !

Ensemble des états d'esprit de ce concours...

Interviews par Christofle Erion

Christofle Erion

Print Friendly, PDF & EmailImprimer - N'oubliez pas le droit d'auteur
Nombre de vues de cette page : 1 078
Noter