état desprit de candidats
étape 1/8

cinq jours avant les épreuves écrites


Concours
Rédacteur
Rédacteur principal 2ème classe
Session 2019/2020

Samedi 28 septembre 2019

A cinq jours des épreuves écrites du concours de rédacteur territorial et rédacteur principal territorial, nous sommes allés à la rencontre de 8 candidats, membres de notre groupe Facebook dédié à ces deux concours, et nous leur avons posé une série de six questions afin de connaître leur ressenti et leur état d’esprit du moment, à l’approche de ce premier rendez-vous qu’ils attendent et préparent depuis de longues semaines, et parfois même depuis la précédente édition de 2016/2017.

1. Pour quel concours vas-tu passer

les épreuves écrites dans cinq jours ?

Stéphanie : Rédacteur principal 2ème classe.

Laëtitia : Rédacteur 2ème classe en interne.

Isabelle : Rédacteur principal 2ème classe.

Ingrid : Rédacteur 2ème classe en externe.

Nawal : Rédacteur 2ème classe en interne.

Bénédicte : Rédacteur principal 2ème classe.

Magalie : Rédacteur 2ème classe en 3ème voie.

Fabienne : Rédacteur principal 2ème classe.

2. Combien de kilomètres de ton domicile

devras-tu faire pour te rendre

sur le lieu des épreuves écrites du concours ?

 

Stéphanie : 50 kilomètres.

Laëtitia : 80 kilomètres.

Isabelle : 1266 kilomètres.

Ingrid : Plus de 50 kilomètres.

Nawal : 157 kilomètres.

Bénédicte : 187 kilomètres.

Magalie : 83 kilomètres.

Fabienne : 20 kilomètres.

3. Comment te sens-tu aujourd’hui

à l’approche de l’épreuve ?

Stéphanie : Angoissée à l’idée d’échouer. Des migraines depuis plusieurs jours, du mal à trouver le sommeil car le fait de bosser le soir le cerveau cogite. Je ne me sens pas assez prête.

Laëtitia : Plutôt confiante sur la note, moins sur la série de questions de droit civil.

Isabelle : Plus l’échéance du concours approche, plus le stress monte. Malgré les mois de travail, j’ai l’impression de ne plus rien savoir, ou j’ai peur d’avoir oublié de réviser un point important. Le stress commence à se manifester physiquement : j’ai une crise d’eczéma.

Ingrid : Je me sens épuisée, le moral chute. Mes résultats du concours blanc avec le CNFPT n’étaient pas bons. Je sais que j’ai des connaissances mais j’ai l’impression de tout mélanger.

Nawal : Je me sens sereine.

Bénédicte : J’ai le nez encombré, un léger mal de crâne, un peut fatiguée. J’en profite donc dans un premier temps pour prendre le temps de me reposer, faire un peu de ménage dans la maison, mais pas trop non plus, et de profiter de mon fils.

Magalie : A l’approche de l’épreuve, je ne me sens pas prête.

Fabienne : Très stressée, pas forcément ravie de mes révisions mais je sais que le travail finira par payer, donc je suis contente d’avoir fait des efforts pour ce concours. C’est finalement le premier que je prépare réellement.

 

4. Comment penses-tu organiser les quelques jours

qui te séparent de l’épreuve ?

Stéphanie : J’ai prévu de m’isoler tout le week-end chez mes parents pour finaliser l’apprentissage des fiches faites. Je pense déconnecter de Facebook car c’est devenu anxyogène, à chaque connection je tombe sur un thème qui ne me parle pas.

Laëtitia : J’ai pris une semaine de congés pour finaliser mes révisions. Ce week-end, je vais me concentrer sur mes fiches de droit. Lundi et mardi, entraînement à la note et au droit civil.

Isabelle : Je vais alterner les moments de révision et de détente avec mes enfants. Concernant les révisions, je vais vérifier mes connaissances sur des fiches élaborées d’après des suggestions de mon formateur, sur des sujets susceptibles de tomber.

Ingrid : Je pense réviser un peu ce week-end mais arrêter mardi soir. Je n’ai plus envie, et vu que je suis fatiguée de toutes manières rien ne rentre !

Nawal : Je vais travailler seulement le matin, et faire un dernier sujet en conditions d’examen lundi. J’ai pris une semaine de congés pour pouvoir me déconnecter du travail et me concentrer seulement sur le concours.

Bénédicte : J’ai commencé à y réfléchir jeudi (ndlr : 26/09/19). J’ai fait une liste de ce qu’il me faut le jour J et ensuite j’ai prévu de réaliser deux rapports de trois heures en conditions réelles; une dimanche matin (ndlr : 29/09/19) (mon compagnon emmène mon enfant dans un parc de loisirs), et une mardi matin. Pour les questions de connaissances, j’ai quatre classeurs. je vais relire les titres et noter à nouveau les idées essentielles pour vérifier que je n’ai rien oublié. J’ai un peu commencé à faire cela jeudi.

Magalie : Je travaille sur mes lacunes depuis ce matin. Je fais une pose ce soir. Je m’y remets demain en journée. Je compte faire de même mardi soir après le travail. Je travaille avec le livre “La note administrative” du CNFTP, pour améliorer mon plus (plus cohérent avec des titres plus accrocheurs ou dynamiques), l’organisation des parties du plan, et la conclusion. Je sais présenter la note de façon lisible, faire des phrases claires, courtes, sans trop de fautes. Jusqu’à présent j’ai travaillé avec “La note” de La Documentation Française et “Note et rapport” de Vuibert.

Fabienne : Demain je lis mes fiches sans écrire, que de la lecture ! Lundi, je vais lire les notions et regarder les questions que vous avez posées pour la préparation de l’oral sur votre groupe Facebook des rédacteurs territoriaux. Dès que je ne saurais pas y répondre j’irai voir la notion sur Wikiterritorial. Mardi, cela sera la préparation matérielle du concours (carte d’identité, convocation, achat de crayons, etc.) et relectures des notions qui me foutent la trouille !

 

5. Jusque quand comptes-tu travailler et réviser ?

Stéphanie : Mardi soir… Mercredi je serai en off avec mes enfants.

Laëtitia : Je pense que je relirai mes fiches mercredi soir (ndlr : veille de l’épreuve) car j’ai loué une chambre pour être sur place jeudi matin. Je serai donc seule et au calme, mais je ne me coucherai pas tard.

Isabelle : Je compte travailler jusqu’à mardi soir. Je passerai le mercredi dans les transports pour me rendre à Villepinte. Peut-être que le mercredi soir je relirai quelques fiches lorsque je serai à l’hôtel.

Ingrid : Je vais travailler jusqu’à mardi soir au plus tard, sauf si un doute persiste. Dans ce cas je lirai la réponse et refermerai mon classeur. Je voyagerai mercredi, veille du concours.

Nawal : Je compte travailler jusqu’à mardi.

Bénédicte : Mercredi matin.

Magalie : Le dernier jour prévu pour les révisions est mardi. Le mercredi soir je serai chez mon ami en mode “je décompresse” !

Fabienne : Jusque mardi dix sept heures trente, ou alors si j’ai un regret mardi vingt et une heures;

 

6. Comment envisages-tu la matinée du 3 octobre,

entre le réveil et l’entrée dans la salle d’examen ?

Stéphanie : Comme tous les matins ! J’ai la chance d’être convoquée au CIG où je travaille, donc je connais le chemin, ma place de parking, donc un stress en moins. Je prévois d’arriver en avance.

Laëtitia : Deux cafés minimum, un bon petit déjeuner… Je ne suis pas de nature stressée, jeudi matin les dés seront jetés !

Isabelle : Je pense que le trois octobre au matin le stress aura atteint son paroxysme mais normalement il devrait disparaître dès que le sujet aura été distribué. Cela se passa ainsi quand j’ai passé les concours de rédacteur et d’assistant de conservation.

Ingrid : Réveil, petit-déjeuner, bonne douche et voiture pour y aller. On va me déposer de bonne heure pour éviter les transports en commun. Cela me fait plaisir que mon mari m’accompagnera.

Nawal : J’ai réservé une nuit d’hôtel pour être sur place le jour J. La veille, je vais voir où se trouve le lieu du concours. Je fais un repérage, cela évite un stress inutile.

Bénédicte : Une bonne douche, un léger maquillage et des vêtements et chaussures confortables. Petit-déjeuner tranquille à l’hôtel.

Magalie : La matinée du trois octobre, je vais déjeuner tranquillement, vérifier que tous mes papiers administratifs et ma trousse complète soient bien dans mon sac, partir avec de l’avance pour repérer le lieu du concours et manger dans un lieu agréable si possible.

Fabienne : Ayant un enfant de vingt et un mois, cela sera “rock-and-roll” ! Pas le temps de penser ! Si j’ai un trou sur une notion j’irai relire sur Wikiterritorial pour me rassurer.

 

7. Que vas-tu emmener avec toi

dans ton sac pour l’épreuve ?

 

Stéphanie : Mes boules quies, tout le matériel nécessaire. Mon spray “Fleur de Bach” et mon repas du midi.

Laëtitia : Ma trousse, une bouteille d’eau et des barres de céréales.

Isabelle : Dans mon sac il y aura une trousse avec 4 ou 5 stylos noirs identiques (on ne sait jamais), un stylo rouge, une agrafeuse, du scotch pour transformer les feuilles A3 en A4, un feutre fluo (même si je ne m’en sers jamais), une règle, ainsi qu’une bouteille d’eau que je n’ouvrira qu’en cas d’urgence de peur de la renverser sur ma copie, des kleenex, des gâteaux ou des barres de céréales, en cas de basse de régime, et bien sûr une montre.

Ingrid : Mon déjeuner pour le midi, ma trousse, de l’eau, mes papiers d’identité et ma convocation. Les cahiers de révision ne servent à rien !

Nawal : Dans mon sac je prends ma convocation, ma pièce d’identité, quatre stylos noirs, un correcteur, une règle, deux montres, une petite bouteille d’eau, et une barre au chocolat.

Bénédicte : Ma convocation, ma pièce d’identité, deux stylos Bic noirs identiques, deux dérouleurs de blanco de correction, deux feutres fluo, une règle, des mouchoirs, de l’eau, du coca-cola, des barres de céréales, et une salade de pâtes pour le midi.

Magalie : Dans mon sac il y aura une bouteille d’eau, un bouquin sur la note de synthèse -pour me rassurer-, ma trousse avec deux stylos noirs identiques, du blanc correcteur, un criterium avec des mines, une gomme, une règle, de la colle, une agrafeuse, deux feutres fluo, ainsi que ma convocation, ma carte d’identité. Je vais veiller à prendre ma montre en état de marche.

Fabienne : Une bouteille d’eau, mon repas du midi, trois bananes, des Dolipranes, des stylos et sûrement un grigri !

 

8. Comment penses-tu organiser le reste de ta journée

et ta soirée après être sortie de l’épreuve ?

 

Stéphanie : Je sais que je n’aurai pas faim et que je vais relire les sujets et mes brouillons pour revoir mes réponses. Regarder sur le net mes réponses et me dire que “bof c’est sûrement mort !”, et je sais que cela durera quelques jours. Et aussi certainement sur Facebook… on aime se faire du mal !

Laëtitia : Deux heures de route avec, je l’espère, pas trop d’embouteillages, avec de la bonne musique pour m’empêcher de penser à ce que j’aurais dû écrire ou pas ! Et un petit apéritif une fois à la maison pour fêter la fin des épreuves écrites !

Isabelle : Après les épreuves, je vais appeler mes proches pour leur raconter comment s’est déroulée la journée. Ensuite, je vais me rendre dans un autre hôtel car je m’octroie une journée de congés sur Paris le lendemain. Je vais passer la soirée seule à l’hôtel pour lire, cela fait des mois que je ne lis plus à part les ouvrages pour le concours et j’avoue que cela me manque. Le lendemain j’ai prévu d’aller aux Invalides et, peut-être, un musée si j’ai le temps avant de reprendre l’avion.

Ingrid : Retour à la maison en transports en commun. Je pense que je serai vidée, lessivée ! Si les épreuves se sont bien passées je prendre même un petit apéro !

Nawal : Une fois sortie de l’épreuve, je rentre chez moi, je prépare mes affaires pour le travail le lendemain.

Bénédicte :  Rentrer à la maison, deux heurs de trajet sans bouchons, et m’occuper de mon fils. Un épisode de “Plus belle la vie” avec mon compagnon et au lit ! Je travaille vendredi.

Magalie : Après le concours je vais rejoindre mon ami pour fêter la fin de l’écrit, autour d’un bon repas !

Fabienne : Ce sera détente !! J’ai hâte !!

Ensemble des états d'esprit de ce concours...

Interviews par Christofle Erion

Christofle Erion

Print Friendly, PDF & EmailImprimer - N'oubliez pas le droit d'auteur
Nombre de vues de cette page : 1 143
Noter